Vétérinaire examinant un chien
17/11/2022
Recherche

Les cliniques vétérinaires, lieux de circulation de bactéries résistantes aux antibiotiques

Les chiens sont davantage porteurs de bactéries résistantes aux antibiotiques en sortant des cliniques vétérinaires qu'en y entrant. Ce sont les conclusions d'une recherche menée sur 125 chiens hospitalisés dans un même hôpital vétérinaire sur une période de quatre mois.  Menée par des scientifiques de l’Anses et de l’École vétérinaire d’Alfort, cette étude a fait l'objet d'une publication dans le numéro d’octobre 2022 du Journal of Antimicrobial Chemotherapy.

Les scientifiques se sont intéressés à la résistance à deux antibiotiques d’importance critique pour l’Homme : les céphalosporines et les carbapénèmes. Lors de leur admission, 4,8 % des chiens étaient porteurs de bactéries résistantes à l’un de ces antibiotiques. Ils étaient 24,8 % à la sortie. Des bactéries ou des gènes identiques ont été retrouvés chez des chiens n’ayant aucun contact direct ainsi que dans les locaux de la clinique. Ceci confirme leur transmission à cet endroit, soit via l’environnement soit par le personnel soignant. « Le rôle des hôpitaux dans la transmission des bactéries et des gènes de résistance est bien connu chez l’être humain, il est moins étudié chez les animaux. », indique Jean-Yves Madec, chef de l’unité antibiorésistance et virulence bactériennes du laboratoire de Lyon et co-auteur de l’étude.

Les carbapénèmes n’étant pas autorisés pour les chiens, les bactéries résistantes à cet antibiotique ont, selon toute vraisemblance, été initialement transmises par un être humain. De même, les chiens porteurs de ces bactéries résistantes pourraient à leur tour les transmettre à leurs propriétaires. Ces résultats rappellent que la lutte contre l’antibiorésistance passe aussi par l’application de mesures pour prévenir la transmission de bactéries entre les animaux et des animaux à l’être humain (et vice-versa). L’une de ces mesures est le lavage des mains systématique après avoir touché un animal, et d’autant plus lorsque celui-ci revient d’une hospitalisation ou est sous traitement antibiotique.