Portail Nos laboratoires

Les activités de recherche des laboratoires

Les activités de recherche des laboratoires

Read time: 1 min
Les activités de référence

Les activités de référence

Read time: 0 mins
Nos mandats de référence

Nos mandats de référence

Read time: 0 mins
Les prestations de l'Anses

Les prestations de l'Anses

Read time: 2 mins

Pour mener à bien ses missions de recherche et de référence, l’Anses s’appuie notamment sur un réseau de neuf laboratoires répartis sur 16 sites implantés sur tout le territoire, au plus près des filières agricoles et agro-alimentaires.

Ces laboratoires exercent leurs activités dans trois grands domaines : la santé et le bien-être des animaux, la sécurité sanitaire des aliments (chimique et microbiologique) et la santé des végétaux. Ils sont reconnus au niveau international dans leurs différents champs d’expertise, notamment en matière d’épidémiologie, de microbiologie, de résistance aux antimicrobiens, de toxines et contaminants physicochimiques.

Les laboratoires assurent un rôle essentiel dans la connaissance des dangers sanitaires, grâce à leurs missions d’expertise, de surveillance épidémiologique, d’alerte et d’assistance scientifique et technique et par la collecte des données issues des réseaux qu’ils animent de laboratoires chargés des analyses de terrain. Les 600 scientifiques et techniciens des laboratoires de l’Anses se consacrent à des travaux sur l’identification des pathogènes majeurs en santé animale et en santé végétale, au développement de méthodes d’identification des contaminants biologiques, physiques ou chimiques des aliments et de l’eau. 

Ces activités de référence et de recherche placent l’Anses au cœur des réseaux d’acteurs dans les domaines de la santé et du bien-être animale, de la santé des végétaux et de la sécurité sanitaire des aliments. L’Agence bénéficie d’un lien direct avec le terrain, essentiel pour ses missions de veille et d’alerte, qui lui donne une réactivité accrue lors de résurgences ou d’émergences sur le territoire de nouveaux pathogènes et contaminants.

>> Voir les orientations scientifiques de l’Anses 2019-2022 en matière de recherche et référence (PDF)

Actualités des laboratoires

Les carpes victimes de la maladie du sommeil
Une carpe
02/02/2023
Actualités

Les carpes victimes de la maladie du sommeil

Encore peu connue, la maladie du sommeil de la carpe peut provoquer des hécatombes dans les étangs. L’Anses œuvre pour mieux connaître la maladie et améliorer le diagnostic du virus qui en est à l’origine.
Mieux connaître le génome de la bactérie responsable de la fièvre Q
Bactéries Coxiella burnetii
09/01/2023

Mieux connaître le génome de la bactérie responsable de la fièvre Q

Le laboratoire de Sophia Antipolis de l’Anses a participé à une vaste analyse génétique des souches de Coxiella burnetii , la bactérie responsable de la fièvre Q, transmissible à l’être humain. Cette collaboration entre spécialistes de la maladie chez l’animal et l’humain, qui a donné lieu à une publication fin 2022, constitue la première étape d’un projet One Health sur cette zoonose.
Suivi de la diffusion planétaire de la résistance aux antimicrobiens
Suivi de la diffusion planétaire de la résistance aux antimicrobiens
12/12/2022

Suivi de la diffusion planétaire de la résistance aux antimicrobiens

Une équipe internationale de chercheurs publie de nouvelles informations précieuses sur les moteurs de la propagation des gènes responsables de l’antibiorésistance des bactéries. L’étude menée par les chercheurs du Quadram Institute et l'université d’East Anglia, en collaboration avec des experts de France, dont des scientifiques du laboratoire de Lyon de l’Anses, du Canada, d’Allemagne et du Royaume-Uni et va fournir de nouvelles informations dans la lutte contre l’antibiorésistance.
Peste porcine africaine: une modélisation pour prévoir la circulation de la maladie chez les sangliers
Groupe de sangliers
12/12/2022

Peste porcine africaine: une modélisation pour prévoir la circulation de la maladie chez les sangliers

La peste porcine africaine n’est pas encore arrivée en France mais elle circule ou a circulé dans plusieurs pays frontaliers. Il est donc important de savoir comment cette maladie pourrait se propager si des cas étaient détectés sur le territoire. Des scientifiques de l’Anses ont modélisé la circulation de la maladie au sein des populations de sangliers dans deux régions françaises. Leurs résultats mettent en évidence l’importance de prendre en compte la topographie du paysage et d’arrêter la pratique de la chasse en cas de détection de la maladie.
Des recherches pour connaître l’impact du glyphosate sur les truites
Truite arc-en-ciel
22/11/2022

Des recherches pour connaître l’impact du glyphosate sur les truites

À partir d'expérimentations menées sur plusieurs générations de poissons, une équipe de l'Anses a exploré les effets du glyphosate et d'herbicides à base de glyphosate sur la santé de la truite arc-en-ciel. Ces recherches ont montré que le glyphosate, pur ou intégré dans des herbicides, avait des effets pouvant se répercuter sur plusieurs générations de cette espèce.
Antibiorésistance en santé animale : bilan 2022
Antibiorésistance en santé animale et dans l’environnement
17/11/2022

Antibiorésistance en santé animale : bilan 2022

À l’occasion de la semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques, l'Anses présente le bilan annuel du suivi des ventes de médicaments vétérinaires et celui du niveau de résistance des bactéries pathogènes chez les animaux. Elle fait également un point sur la surveillance de la résistance des bactéries pouvant contaminer l’être humain via les aliments d’origine animale, qu’elle mène dans le cadre de plans de surveillance harmonisés au niveau européen.
Étudier les différences de résistance des pucerons verts aux insecticides
Un puceron vert du pêcher
10/11/2022

Étudier les différences de résistance des pucerons verts aux insecticides

Chez les pucerons de l’espèce Myzus persicae , les gènes de résistance aux insecticides circulent peu entre les populations qui colonisent des espèces végétales différentes. Cette découverte faite par des scientifiques de l’Anses, d’Inrae et de l’université de Montpellier, pourrait amener à repenser les stratégies de lutte contre le développement de résistance à ces pesticides.