11/05/2022
Recherche

Lancement du programme européen de recherche et innovation « PARC » pour mieux évaluer les risques des substances chimiques

Le Partenariat européen pour l'évaluation des risques liés aux substances chimiques (PARC), lancé ce jour à Paris (France), a pour ambition de concevoir une évaluation des risques des substances chimiques de nouvelle génération, intégrant à la fois la santé humaine et l'environnement, dans une approche « Une seule santé - One Health ». Il contribuera à soutenir la stratégie de l'Union européenne pour la durabilité dans le domaine des produits chimiques et à l'ambition «zéro pollution» du Pacte vert pour l'Europe. Regroupant près de 200 partenaires de 28 pays et des agences de l’Union européenne, PARC est coordonné par l’Anses et financé par le programme-cadre de la recherche et l’innovation « Horizon Europe » de la Commission européenne et par les partenaires du projet.

Lancé ce jour à l’occasion de la Présidence française du Conseil de l’Union Européenne, PARC - Partnership for the Assessment of Risks from Chemicals - vise à réunir une large communauté de recherche et d’agences sanitaires pour faire progresser la recherche, partager les connaissances et améliorer les compétences en évaluation scientifique des risques liés aux substances chimiques. Les résultats du partenariat initié au 1er mai 2022 serviront à appuyer les nouvelles stratégies européennes et nationales visant à diminuer les expositions aux substances chimiques dangereuses et leur impact sur la santé et l’environnement.

L’objectif est de produire de nouvelles données aisément accessibles et exploitables, ainsi que de nouvelles méthodes et outils d’évaluation. PARC permettra notamment de développer des outils pour identifier de nouvelles substances moins dangereuses et conformes aux approches de développement durable.

Fondé sur de grandes ambitions de collaboration scientifique, PARC offrira une occasion unique aux différents acteurs de l’évaluation des risques d’unir leurs efforts au-delà des dispositifs et des calendriers associés aux différentes réglementations sectorielles. En dégageant des pistes de mutualisation aux niveaux nationaux et européen, il permettra d’optimiser les ressources dédiées aux activités d’évaluation et de surveillance des risques chimiques et d’accélérer les avancées dans ces domaines.

Le partenariat s'appuiera sur des travaux antérieurs, et notamment sur les actions entreprises dans le cadre du programme conjoint européen sur la biosurveillance humaine HBM4EU (Human Biomonitoring for Europe), qui se terminera à l’été 2022. Il bénéficiera également des acquis d’autres projets européens tels qu’EuroMix, EU-ToxRisk, ou encore ceux des clusters EURION et ASPIS.

A ce jour, PARC associe près de 200 partenaires issus de 28 pays et de 3 agences de l’Union européenne (l’Agence européenne pour l’environnement - EEA, l’Agence européenne des produits chimiques - ECHA et l’Autorité européenne de sécurité des aliments - EFSA). Il mobilise des partenaires publics dans toute l’Europe : agences européennes et nationales d’évaluation des risques, universités, organismes publics de recherche. Cinq directions générales de la Commission européenne (DG-RTD, DG-GROW, DG-ENV, DG-SANTE, JRC) et les ministères des États concernés sont impliqués dans la gouvernance et assureront le suivi des activités de PARC. En France, 15 organismes sont partenaires de ce projet d’envergure.

D’une durée de 7 ans, le partenariat devrait s’achever au printemps 2029. Le budget prévisionnel de PARC est de 400 millions d’euros, dont la moitié sera financée par la Commission européenne et le reste par les États partenaires. L’Anses est le coordinateur du partenariat.

Dans le cadre de la conférence ministérielle «Produits chimiques : mieux protéger la santé et l’environnement», tenue les 11 et 12 mai à Paris, une séquence spécifique sur le partenariat PARC a été présentée.